( MICHI CREDE) : Voyage à Florence








Durant l’été 2014, j’ai voyagé depuis Bruxelles jusqu’à Florence, à vélo, avec deux parenthèses de 2,5 mètres dans une remorque.

Ce voyage a duré 6 semaines.

Le but était d’aller consulter la première parenthèse attestée, apparaissant à la page 28 du manuscrit de Coluccio Salutati : "De nobilitate legum et medicinae" (1399, conservé à la Bibliothèque Laurentienne).

Tout au long du trajet, j’invitais les gens que je croisais à mettre des objets du paysage entre parenthèses.

J’ai croisé, à plusieurs reprises, des apparitions de Coluccio Salutati. Il était à chaque fois vêtu de rouge, comme sur les rares peintures que l’on possède de lui. On aurait dit qu’il observait le paysage depuis le XIVème siècle.

Je sais que plusieurs personnes ont également reçu des cartes postales signées de lui.

Au cours de mes recherches sur l’apparition du signe à Florence, j’ai pu mettre en évidence la relation entre l’invention de la parenthèse et une des premières révoltes ouvrières florentines, dite des “Ciompi”. J’ai donc décidé de broder tout au long du voyage un étendard à leur mémoire.



vue d'exposition, Lectoure, 2015 :




extrait du brodage de l'étendard Ciompi, durant le voyage à Florence 2014. Réalisation : Sylvestre Gobart.


Un grand merci à :
Fabiano Litro pour la conception et la réalisation des parenthèses pour le voyage ; Carlotta Bailly-Borg pour la création de la réinterprétation de l’étendard Ciompi (www.carlottabaillyborg.com) ; Sylvestre Gobart qui m'a rejoint à florence pour filmer les performances ; à Caterina Poggesi & l'associazione culturale Fosca pour leur accueil à Florence.